mardi 26 septembre 2017

T.I.R.E.D

 Je crois qu'on ne s'habitue jamais à la douleur, tant morale que physique. Le corps oublie vite, et quand tout revient en force ça fait toujours aussi mal, toujours aussi peur.

Ça fait quasiment 5 ans maintenant que je me bats, chaque jour, que je n'ai pas de répit, que mon corps flanche, souvent, mais toujours, toujours j'ai remonté la pente. Je me suis toujours battue pour vivre, coûte que coûte, même si mon cerveau part en vrille, même si mes muscles me font souffrir chaque jour, même si je souffre d'une maladie invisible mais destructrice de l'intérieur.

Au tout départ, les 3 premiers mois de la maladie j'ai cru que je n'y arriverais jamais, et je me suis trouvé une force que je ne connaissais pas. Moi, la petite fille sensible et fragile que j'étais s'est avérée être beaucoup plus forte qu'elle ne le pensais. Alors, je me suis relevée, et j'ai avancée. J'ai bataillé chaque jour pour que mon corps se reconstruise, je n'ai jamais, jamais baissé les bras car je savais que tout cela arrivait pour une raison, et je voulais y arriver. J'ai réussi, j'ai gagné des batailles.


Aujourd'hui, et depuis 2 mois maintenant tout est si... différent. Je souffre, encore, et comme rarement j'ai souffert. Ma tête me supplie de l'aider et je suis impuissante, ça lance, ça brûle, ça envoie des décharges.  Je me bourre de médicaments alors que je suis la plupart du temps contre, je souris devant les gens pour m'effondrer une fois ma porte franchie, à pleurer tout ce que je peux en répétant en boucle que je n'y arriverais pas, que je ne tiendrais pas le choc. Je me sens entourée, mais finalement si seule face à des maux irrationnels et imprévisibles, à ne même pas avoir la force de me laver les cheveux ou me couper les ongles (dérisoire mais significatif).

Je n'y arrive plus, je ne supporte plus. Et au delà de tout ça je m'en veut tellement d'infliger mes douleurs et mes pleurs à mes proches. A les voir démunis de ne pas pouvoir prendre un peu de ma souffrance, je culpabilise tellement. 

Cette douleur me terrorise, me cloue à terre et je n'arrive plus à me lever. Je n'arrive plus à faire semblant. Je n'arrive même plus à croire que ça va passer un jour.

Et j'entends tout le monde parler de la pensée positive, mais moi j'y arrive pas. Alors je fais comment ? Je fais quoi ? Encore une fois je culpabilise de ne plus réussir à me dire " ça va aller ". Puisque notre société nous impose ce stigmate de pensée positive, de pouvoir de guérison. Bien sûr j'y ai cru, toutes ces années j'y ai cru, et maintenant, maintenant je n'y arrive plus. Dois je vraiment me blâmer pour ça ?!

J'ai certes parcouru énormément de chemin. En 2013 je ne pouvais plus me lever seule ni prendre une douche seule sans tomber, depuis j'ai grandement réappris à vivre, mais là, je sais pas comment je vais réussir à me relever si cette douleur persiste, encore...


mercredi 22 mars 2017

Des volants, des froufrous ♥

On en voit PARTOUT PARTOUT en ce moment: les volants !
Robes, Tops, Pulls, Pantalons c'est vraiment LA tendance du moment !!!

Perso, j'adore ça ! Mais genre, VRAIMENT !!!! Donc je me suis dit que vous aussi sûrement ?! 

Du coup je vous ai fait une sélection dans deux de mes magasins chouchous ! Des petits prix, comme souvent ici, et du volant en veux tu en voilà ma chériiiiie

H&M: alors eux le volant ils ont vraiment compris qu'il fallait tout donner ! Perso, je suis amoureuuuse de cette veste en jean, il me tarde de la commander ! 

 Stradivarius: si vous suivez mes vidéos vous savez que c'est mon magasin préféré ! Et même si sur le site la collection me laisse perplexe j'ai tout de même hâte d'aller en boutique voir tout ça


Pimkie: Et pour aller avec tout ça, il fallait bien quelques accessoires, et j'ai clairement craqué pour ces sacs et ce chapeau ! Cet esprit bohème qui viendrait casser le côté un peu "culcul" du volant ! 


Voilà, j'espère vraiment que cette petite sélection vous plait, n'hésitez pas à me dire ce que vous préférez ♥

samedi 18 mars 2017

Ressentez le moment présent

Nostalgique, amoureuse de la vie, amoureuse du passée et anxieuse du futur, jamais dans le présent.
Un pas derrière, un autre trop loin. Trouver le juste milieu, revenir à la réalité, à l'instant présent car il n'y a que lui qui compte.

Passer des heures à rêvasser, à se souvenir, à s'imaginer, à se refaire le film ou à se l'inventer. 
Trop souvent spectatrice, rarement actrice.
Qu'en est il de là maintenant ?! Du moment présent.

Puisque notre monde ultra connecté, ultra superficiel nous pousse à rêver, à se souvenir, à vouloir, je vous invite à prendre le temps de penser à maintenant, pas à ce que vous allez faire toute à l'heure ou demain, nous ce que vous faites, ici, maintenant. 

Ce que vous ressentez, moralement, physiquement. 

Comment sont vos pensées, tristes, joyeuses, pourquoi ?! Prenez conscience.
Et votre corps ?! Il vous dit quoi, là tout de suite ?! Vous êtes bien installés?! Ressentez les points d'appuis de votre corps avec votre chaise, votre lit, le sol. Ressentez votre corps tout entier et analyser vos sensations, du chaud, du froid, des picotements. 
Visualisez l'harmonisation toute entière dans votre corps, scanner chaque partie de votre corps et visualiser là détendue, sereine. Votre tête, votre cou, vos épaules, votre dos, vos mains, votre abdomen, votre bassin, vos cuisses, vos genous, vos mollets, vos pieds. Ressentez comme chaque partie de votre corps est maintenant détendue. Sentez comme cela à aussi détendu votre esprit, comme votre respiration s'est ralentie...

Et répétez l'expérience chaque fois que vous avez envie de calmer vos pensées ou de détendre votre corps. Concentrez vous sur votre corps pour être dans l'ici et maintenant.



dimanche 12 mars 2017

Ecrire

D'aussi loin que je m'en souvienne j'ai toujours écrit. 

Des poèmes plus petite, des histoires ensuite, et puis ma vie. Bon, "ma vie" semble un peu prétentieux dit ainsi, mais c'est pourtant vrai. Ma plus grande source d'inspiration commence là où mes bonheurs et mes peines naissent. J'ai toujours aimé écrire pour essayer de libérer ce flot de sentiments et d'émotions, bien loties au fond de mon cœur.
Car oui l'hypersensible que je suis n'a pas toujours réussi à exprimer verbalement cette explosion qu'elle a à l'intérieur (en soi, je n'y arrive pas encore aujourd'hui, passons).

Écrire, c'est donc une passion, l'écriture a pris tout son sens pour moi quand je suis tombée malade. J'ai eu tellement de choses à extérioriser, tellement de peurs, d'angoisses, de doutes, qu'il fallait que je l'écrive. Le dire à voix haute était tout bonnement impossible. 

Pour ça, j'ai tenu un blog, "anonyme", les guillemets sont de rigueur car beaucoup le connaisse et j'ai grâce à celui ci fait de très jolies rencontres. Pourquoi anonymement me direz vous ?! Parce que je voulais qu'on me lise sans savoir d'où je venais, qui j'étais, sans qu'on mette un visage sur ces mots tantôt forts, tantôt superficiels. Je voulais qu'on se fasse une idée de la personne que j'étais à l'intérieur, sans savoir si j'étais grande, petite, si j'avais un visage harmonieux ou que sais je encore. La maladie m'a ramenée à ce que j'étais au fond, et je voulais qu'on me connaisse sous cet angle.

En l'écrivant, je me dis que le rendre public serai donné une chance à ces gens qui me connaissent, d'en savoir un peu plus, un jour peut être...

J'ai le sentiment qu'on ne peut pas mentir quand on écrit anonymement, on a ni filtre, ni barrière, personne ne nous connait. Et aujourd'hui, j'ai décidé que j'allais écrire, ici, tout ça, ma vie, mes joies mes peines, mes coups de coeur ou de gueules. Ne voyez ici rien de trop narcissique (quoi que), je ne sais écrire que sur ce qui me touche, me fait vibrer ou me peine. J'écris avec mon cœur, je parlerais sûrement beaucoup de moi, un peu de vous, et beaucoup de la vie.

Du haut de mes 27 ans (et demi ... Seigneur!!), j'ai envie de renouer avec ce qui m'aidait tellement avant. Je n'ai pas écrit depuis 2 ans environ je pense, du moins pas régulièrement, et ça me manque. 

Alors, essayons ... 

A très vite !