dimanche 23 juillet 2017

Passion. Passionnée. Passionnément.

C’était un matin d’Octobre, ils se croisent pour la 1ere fois, se présentent l’un à l’autre. Ce matin là, ni l’un ni l’autre ne savaient ce que l’avenir leur réservait. Les jours, les semaines, les mois passent. Leur relation se renforce, ils s’entendent bien, se comprennent facilement, tout est simple. Jamais de débordements. Il est en couple depuis 4 ans maintenant et cherche un appartement avec sa copine, elle, elle construit une relation naissante avec un formidable jeune homme.
Chacun se confie à l’autre, bonheurs, malheurs, rien n’est laissé au hasard. Puis, elle se sépare de son copain, triste, anéantie presque, elle se confie à lui, lui confie sa tristesse, son amour pour cet homme qui l’a quitté. Lui, l’écoute, la réconforte. Lui confie que tout n’est pas rose non plus avec sa copine. La discussion s’arrête là, ils sont proches mais gardent tout de même leurs distances.
C’était un soir de Juin, il lui dit « viens je t’emmène voir la Tour Eiffel ». Elle, malade, fatiguée, décline l’invitation. Il insiste, elle se dit pourquoi pas.
Pourquoi pas, surement, peut être, certainement. Oui. Certainement. Elle le savait que ce soir allait être leur soir, mais bien sûr elle ne voulait pas se l’avouer, pas lui, pas là, pas avec tout ça autour. Mais elle se laisse bercer, pour la 1ere fois de sa vie, elle est face à un homme qui sait ce qu’il veut : elle. Il sait le lui dire, il sait prendre les devants et lui montrer que c’est elle. Chamboulée, elle hésite, chavire, tournoie puis se laisse porter. Un homme aux épaules solides, aux mains fermes et aux mots si ravageurs. La pauvre, elle ne savait pas ce qui l’attendait, elle ne savait pas qu’elle allait aimer pour la 1ere fois, elle ne savait pas que tout irait aussi vite, du 1er je t’aime, à la 1ere nuit, aux présentations aux familles, aux projets.

Tout se bouscule
, et embarquée dans ce flot elle ne se rend même pas compte que tout va trop vite. Enfin, si, elle s’en rend compte, mais trop tard, elle l’a dans la peau, le respire à chaque instant, il fait partie d’elle. Elle lui donne tout, fait des concessions, s’oublie, mais ne s’en rend pas compte, c’est naturel. Elle l’aime. Il lui rend bien, du moins au début, les premiers mois. Puis les choses changent, les mots deviennent moins doux, moins, moins affectueux. Son absence, sa négligence se fait ressentir. Elle le sent, elle le sait, mais elle n’y arrivera pas, elle ne le quittera pas, elle l’aime trop pour ça.
Alors, elle continue, ils continuent, ils s’aiment c’est sur, mais moins bien qu’avant, mal, pas comme il le faudrait. Les disputes commencent à se faire ressentir, eux qui n’en avaient pas à l’habitude, eux pour qui tout a toujours été rose. Les rancœurs, les reproches, tout se bousculent. Tout va très vite. La descente est rude.
C’était un vendredi d’Avril : « C’est fini. Je n’y arrive plus. ». La passion s’efface et laisse place à l’amertume